Festival GéNéRiQ au musée

Publié le

GéNéRiQ festival 2019 : vacarme, tintamarre, tumultes, live, créations et découvertes musicales !

Pour sa 12e édition, GéNéRiQ se réapproprie la cité et organise deux concerts avec les musées de Belfort. 

Johan Papaconstantino le 8 février 2019 à la Citadelle de Belfort - concert gratuit - début 18h30 - ouverture des réservations prochainement

À 26 ans, Johan Papaconstantino est un touche à tout autodidacte et passionné. Il a d’abord tourné avec son groupe La Tendre Emeute sur Paris avant de se lancer seul. Sa discipline ? L’expérimentation, les mélanges improbables, l’Alchimie avec un grand « A ». Sa musique est un melting pot où se côtoient riffs orientaux, kicks hip-hop, et voix autotunée. À côté de ça, il est aussi peintre. Et justement : ses instrus où transpirent ses racines grecques sont des toiles, avec lesquelles Johan nous façonne un lieu, une ambiance, un sentiment. Une pop romantique et nonchalante quasi-impossible à cerner, tant le jeune artiste aime à péter les frontières entre les styles.

Kel Assouf le 9 février 2019 à la Tour 41 - concert gratuit - début 18h30 - ouverture des réservations prochainement

Du blues rock touareg qui vient de Belgique, voilà, KEL ASSOUF. Le groupe est articulé autour du chanteur Anana Harouna. Nigérien et issu du peuple Touareg, son identité transpire à fond dans le style de la formation, le rock en plus. Grosses grattes saturées, chants en tamasheq (la langue touareg)… Black Sabbath et Led Zep’ qui fusionnent avec Ali Farka Touré. Tu vois le tableau ? Pour Anara un seul objectif : « que ça résonne plus fort que les missiles et les roquettes ». Rock on.

Plus d'informations sur le site du festival GéNéRiQ.